1er octobre 2018 : carbenzazime, boscalide, linuron dans nos assiettes !

Pas plus tard que cette semaine, une étude de 60 millions de consommateurs sur des pesticides contenus dans les légumes surgelés, révèle la présence de carbenzazime dans les petits pois et les abricots, du boscalide dans les framboises et les haricots verts, du linuron dans les carottes,

Alors, vous me direz, mais que-sont-ce donc le carbenzazime, le boscalide et le linuron ? Et bien ce sont respectivement deux fongicides et un herbicide toxiques totalement interdits dans l’Union européenne depuis plusieurs années.


Je viens d’emprunter cette phrase à Sophia Aram, dans sa chronique du 1/10/2018.

Eh oui, lecteurs de ce site, pendant que nos abeilles meurent, pendant que la biodiversité s’éteint, pendant que 90 % de la population de Martinique et Guadeloupe sont contaminés par le Chlordécone, des « trafiquants industriels » peuvent utiliser ces produits interdits dans l’UE en toute impunité !

Pour quelques € de bénéfice en plus, ces produits interdits se retrouvent dans notre assiette.

Quelques lanceurs d’alertes crient un peu et nos décideurs tournent la tête…
(les chiens aboient, la caravane passe c’est ça ?)

les néonicotinoides tuent la biodiversité

Cela fait longtemps que les apiculteurs le disent. Pendant ce temps , l’agrochimie finance des études afin de voir si c’est « vraiment vrai »

7 Juin 2018 : Fin de partie   232 scientifiques du monde entier, faisant partie des plus grands spécialistes de la biodiversité publient dans Science .

Interview de Jean Marc Bonmatin – spécialiste des neurotoxiques au CNRS –

nous avons un devoir d’alerte contre ces neurotoxiques systémiques qui contaminent l’environnement et ont un impact  inacceptable sur les abeilles et les invertébrés terrestres.

ces toxiques ont été commercialisés dans le milieu des années 90 en préventif c’est à dire qu’on les épand sans savoir s’il va y avoir des ravageurs ou pas.
on déverse aujourd’hui en France  à peu près 20 000 tonnes de ces toxiques qui sont actifs au nanogramme
( 1 tonne = 1 000 000 000 000 000 nanogramme, oui, vous avez bien lu !!! )
cela fait une quantité phénoménale pour tuer la vie sur la planète et c’est exactement ce qui se passe

la pollution environnementale qui finit dans nos assiettes et dans nos verres a des conséquences graves sur la santé humaine….

« nous avons étudié l’utilité de ces produits utilisés en préventif :
Dans la grande majorité des cas ils ne servent à rien et, de plus le bénéfice pour le monde Agricole n’est pas là , ces insecticides coutent très cher et lorsque l’on s’en passe en les remplaçant par des techniques alternatives, les cultures prennent de la valeur.

8 minutes édifiantes à écouter ….

 

 

4 Août, SAGE est sur les ondes Nationales

Le réseau RCF a demandé a ses antennes locales de réaliser des reportages 6 minutes avec pour thème les actions sur la préservation de l’environnement.

Tout ‘Naturellement’ Christophe Lapostolle, Journaliste à RCF Dijon nous a contacté.

L’émission enregistrée un beau soir de Juillet a été diffusée sur l’antenne Nationale le 4 Août à 13 heures .

Voici un extrait :


Reconnaitrez vous les voix de :
Carole , Murielle, Christophe, Philippe , Madjid ?

Amis lecteurs : Venez partager notre passion des abeilles…. Cliquez ici.

Un article de la Gazette Ariégoise

La Gazette ariégeoise n°5 – 31 janvier 2014
Abeilles : Pourquoi on craint l’hécatombe ?

sans raison apparente « plus d’un millier de ruches sont mortes ou très affaiblies depuis début décembre. »
« la proximité d’un environnement en zone d’élevage semble être le seul point commun ».
le collectif « suspecte fortement une intoxication causée par les produits de traitements des bêtes et/ou des bâtiments d’élevage ».

La Gazette ariégeoise 01/2014 : Abeilles l'hécatombe

Un article de laprovence

Loin de Dijon, des lecteurs pensent à nous et nous envoient des articles de journaux …

La Provence 20-06-2013

Il s’agit surtout de miel issus de « lavandins et lavandes ».

« le froid et l’abondance de pluie ayant perturbé le développement des colonies d’abeilles. »

« le remplacement du désherbant chimique par des procédés mécaniques a réduit la mortalité des abeilles de 50 % sur le domaine du mas Sardou. »

La-Provence-20-06-2013-Saint-Mitre-les-remparts-Miel-de-printemps-en-baisse-de-80-PC.jpg