Des Abeilles En Ville au Grand Dej’

En 2021, le Grand Dej’ a quitté le lac Kir pour s’installer au parc de la Toison d’Or .

Nous étions aux côtés de l’association Des Abeilles En Ville afin de parler apiculture urbaine et protection de la nature.

Amateurs de Ruches Dadant et amateurs de Ruches Warré ont accueilli le public sur ce stand bien coloré.

Les questions ont été très diverses car les fines constructions en cire exposées ont attiré de nombreux promeneurs.

Les enfants ont aussi été surpris en soupesant les 2 bons kilogrammes de miel que ce petit insecte est capable de stocker dans un seul cadre de hausse.

Les adultes pensant souvent que nous ne faisons “que” poser des ruches sur les toits  sont venus se renseigner sur toutes nos activités.

Nous leur avons parlé de la possibilité d’installer une ruche dans son jardin, expliqué le fonctionnement de  nos ruchers partagés ou chaque adhérent peut venir participer en toute liberté.

Nous leur avons aussi présenté  les partenaires que nous avons choisi au vu de  leur réel engagement pour la nature et, qui ont installé des ruches sur leurs sites.
Une vraie découverte car personne ne s’imagine que des entreprises aussi diverses  qu’un  ESAT, une maison de retraite , une chaufferie bois  etc…. fassent cet effort.

Merci à Christine, Delphine, Jean-Francois, Maurice, Philippe,  bien fatigués dimanche soir et qui sont déjà prêts à recommencer

INFO spéciale Frelon Asiatique !

Le Frelon Asiatique En Bourgogne !

Le Frelon Asiatique est maintenant dans notre belle région, c’est pas une bonne nouvelle  !

Le sujet était à l’ordre du jour de l’assemblée Générale du GDSA21 que nous remercions d’ailleurs pour la clarté des sujets exposés (mars 2021)
Ce frelon est effectivement un nouveau prédateur de nos abeilles, il fait plein d’autres dégâts dans notre biodiversité déjà menacée.

on le trouve maintenant souvent en ville car il est opportuniste et trouve de quoi se nourrir !
vidéo d’une destruction en pleine ville Aout 2021 !

Avant toute chose, il est important de bien savoir reconnaitre cet envahisseur,

voici deux photos prises en Novembre 2020 à Dijon:

la première image vous permet d’apprécier la taille de cet insecte par rapport à nos abeilles locales.
Le frelon asiatique se reconnait bien à son corps noir lisse, la bague orange sur l’abdomen et  les extrémités des pattes jaune clair
cliquez sur les photos pour les agrandir

 


Ici : une guêpe commune,  un frelon européen et, un bombus ( les tailles ne sont pas respectées)
La guêpe se reconnait bien à son corps jaune, noir et surtout à sa “taille de guêpe”.
Le frelon européen est bien sûr beaucoup plus gros que la guèpe , il n’a pas le corps noir ni les pattes jaunes, impossible de le confondre avec l’asiatique.

En troisième image nous avons placé un “bombus terrestris”, utile et bien inoffensif, lui aussi à une bande orange, il ne peut pas être confondu avec le frelon asiatique car très poilu et, vraiment caractéristique par le bruit de son vol .
cliquez sur les photos pour les agrandir

 

Maintenant que vous savez bien les reconnaitre : Que faire si vous découvrez un frelon asiatique ? 

S’il s’agit d’un ou deux individus en vol ou posés, vous ne risquez absolument rien.Le frelon n’attaque que pour défendre sa colonie.
Contactez nous ou contactez le GDSA au n° suivant : 06 46 65 13 46 afin que l’on complète la cartographie de cette présence en Côte d’Or.

Que faire si vous découvrez un NID de frelon asiatique ?

tout dépend de la taille du nid et, de l’époque à laquelle vous faites cette découverte  :

  • Au début du printemps, les reines fécondées l’an dernier qui ont réussi à passer l’hiver sans geler après s’être enterrées sortent et commencent à créer un tout petit nid primaire.
  • en un peu plus d’un mois ce nid  comportera  plusieurs dizaines d’individus capables de pondre à nouveau.
  • Aux beaux jours, il grossira et sera la source de plusieurs ENORMES nids définitifs souvent placés en haut des arbres .
  • à la fin de l’automne, toutes les femelles fécondées sont parties s’enterrer, il ne reste dans le nid que quelques femelles vierges qui finiront par mourir de froid ou, par manque de nourriture.S’il semble effectivement facile de détruire un tout petit nid primaire avec 1 seul frelon dedans ( comme sur la photo 1), ne prenez jamais le risque de vous aventurer à moins de 20 mètres d’un gros nid actif.
    Appelez immédiatement GDSA car les frelons on un sens aigu du danger et pourraient vous demander très violemment de quitter les lieux !

Comment détruire un nid de frelon asiatique  :

La première idée qui nous vient est de se protéger avec une combinaison d’apiculteur et d’asperger le nid de produit chimique.
c’est exactement ce qu’il ne faut pas faire pour au moins 2 raisons,

  • la première est indiquée plus haut, vous risquez de ne pas avoir le temps de bien terminer votre opération et, vous retrouver avec tout  le nid venu vous expliquer à sa manière que “ça ne se fait pas”. Les dards des frelons étant plus longs que  ceux des abeilles il ne faut pas tenter l’expérience.
    De plus, nos combinaisons ne nous protègent pas des jets de venin que les frelons asiatiques savent faire.
    il faut au minimum porter un masque qui couvre bien les yeux car le risque de perdre la vue est bien réel.
    (vous verrez que les combinaisons des désinsectiseurs sont pourvues d’une solide visière totalement étanche)
  • la seconde est que, si par le plus grand des hasards, votre action cascadeur fonctionne,  il va y avoir plein d’insectes imbibés de chimie toxique qui iront mourir aux alentours,  ça va faire d’excellentes proies faciles à attraper pour les oiseaux qui vont se dépêcher de rapporter ce festin pour leurs jeunes oisillons. Nous vous laissons imaginer la suite !

La seule chose à faire est : un appel au Groupement de Défense Sanitaire Apicole (GDSA) qui maitrise parfaitement les techniques en fonction de la saison de la taille du nid et sa localisation.

Faut il piéger le frelon asiatique avec une bouteille plastique et de la bière ou autre produit sucré  ? 

C’est OUI et NON à la fois.
Si vous êtes un apiculteur amateur ET avez  déjà vu des frelons dans votre rucher, nous vous expliquerons les meilleures méthodes Contactez nous

Si vous êtes apiculteur amateur et n’avez pas encore vu de frelon, nous vous déconseillons d’installer des pièges de manière préventive, cela pourrait attirer des femelles fécondées dont quelques unes ayant échappé au piège, trouveraient l’endroit bien sympa pour créer un nid tout près de votre rucher.

Si vous êtes un particulier, nous vous le déconseillons fortement car, la majorité des pièges décrits sur Internet ne sont pas assez sélectifs et, vous allez vous transformer en tueur de notre biodiversité déjà très mal en point !

Comment faire pour limiter la prolifération de cet envahisseur ? 

C’est la vraie question et c’est devenu très difficile.
il semble que l’on soit contraints de vivre avec cela tant que cet insecte n’aura pas de prédateur et, que nos abeilles ne sauront pas se défendre !
nous pouvons tout de même les aider :

  • en observant bien tout ce qui est autour de nous ( sous toitures, abris de jardin, maçonnerie, abris naturels à la recherche de nids primaires.)  c’est MAINTENANT !!
  • en levant le nez lorsque nous nous promenons afin d’essayer de détecter les nids dans les hauts branchages, pas facile car ils sont bien cachés par les feuilles.
  • en reconnaissant du premier coup le frelon asiatique des autres insectes en vol et en appelant le GDSA afin de cibler nos  recherches …

Si vous souhaitez plus d’informations, découvrir les étapes de construction d’un nid primaire, découvrir les très intéressantes études faites par FREDON Bourgogne Franche Comté, par nos amis bretons , les fiches du muséum etc …. c’est ici : https://www.gdsa21.fr/

Ici, une vidéo très instructive réalisée le 5 mars 2020 ( on est tous en train de parler de le même chose )

 

Si vous souhaitez, vous aussi découvrir, comprendre, vous émerveiller auprès des abeilles et rejoindre notre sympathique association .. : Cliquez ici…

La perte de biodiversité : une aubaine pour les nouveaux virus !

ça fait peur et ce n’est pas une question . C’est  bien réel :

Parmi les causes de nouvelles maladies : la perte de biodiversité.

Si elle trouve, comme toutes les pandémies, son origine dans des microbes portés par des animaux, la Covid-19 doit son émergence à l’intensification des activités humaines. Les changements dans la manière dont nous utilisons les terres, l’expansion et l’intensification de l’agriculture, ainsi que le commerce, la production et la consommation non durables augmentent les contacts entre la faune sauvage, le bétail, les agents pathogènes et les êtres humains. C’est un chemin qui conduit droit aux pandémies

Ce sujet d’actualité est celui de “Secrets d’info“, l’émission de France inter en date du 27 février 2021

Extrait :

pour en savoir plus : Après la Covid-19, d’autres virus d’origine animale en embuscade ? Une enquête d’Anne Brunel, de la cellule investigation de Radio France

2019-2020 Quelle Histoire !

S.A.G.E.  Une belle association au service de la biodiversité depuis 2010, bien sûr, vous nous connaissez .
Et d’un coup, en septembre 2019, voici que des mots nouveaux pour nous tels que plainte, radiation, justice , arrivent ici . Mais que se passe il ?
c’est à la fois simple et tellement compliqué, Le Bien Public, dans son édition du 17 Décembre 2020 vous raconte cela

Un vrai roman avec des personnages bien différents.

Partie  1 : Notre Histoire du début à 2019.
Partie  2 : MOI : Président Roi assoiffé de POUVOIR.   (en cours d’écriture)
Partie 3 : MOI Je vire qui je veux et profite de ma fonction pour faire croire que ces civils ont commis des délits  (à venir )
Partie 4 : MOI Je modifie le logo pour bien noter que c’est maintenant les Gendarmes qui ont pris le pouvoir (à venir )
Partie 5 : MOI Je crée des statuts afin d’avoir tout pouvoir à VIE et “vire” les autres civils s’ils osent poser une question (en cours d’écriture)
Partie 6 : MOI Je vais détruire la réputation des membres qui ont osé m’opposer résistance ( en cours d’écriture )
Partie 7 : La justice rétablit les membres radiés : Pillons vite les actifs de l’association et ensuite : Courage Fuyons (à venir)
Partie 8 : Un second procès est en cours ….

En attendant d’écrire les autres chapitres le Bureau rétabli par la justice essaie de fonctionner.
Pas simple car  depuis le 9 septembre 2020, date de notre ré intégration par voie judiciaire,  nous n’avons toujours pas pu remettre la main sur les documents comptables originaux, les courriers, la liste des adhérents , la caisse etc .. malgré les demandes par lettres recommandées adressées au président C. Darle et au trésorier qui a illégitimement occupé cette fonction pendant notre exclusion.
Ces deux là ont démissionné et conservent tous les documents comptables dans un local de la  Gendarmerie dont l’accès nous est strictement interdit  !
y aurait il des choses à cacher dans cette comptabilité 2020 ???

Voici la PREMIÈRE carte des espèces d’abeilles dans le monde …

Notre abeille c’est Apis Mellifera,  nous connaissons aussi quelques espèces d’ abeilles solitaires bien sûr..
quelques …   c’est tout ???
Nous venons d’apprendre qu’il existe plus de 20 000 espèces d’abeilles sauvages dans le monde.
là, c’est pas pareil !

L’article de  la revue Current Biology, rédigé par une équipe internationale de chercheurs,
paru ce 19 novembre 2020,  nous offre la première carte de la diversité des abeilles dans le monde.

ces espèces sont des pollinisateurs d’une valeur écologique et économique inestimable !

 

Selon John Ascher, professeur adjoint de biologie  à l’université nationale de Singapour et co-auteur de cette publication  : il y a plus d’espèces d’abeilles que d’oiseaux et de mammifères réunis.

Il était une fois, une petite abeille qui tomba amoureuse d’une grosse betterave …

Si vous êtes sur cette page c’est que vous connaissez notre position sur les néonicotinoïdes.
Ou alors, vous venez d’arriver par hasard et là, il vous suffit de saisir le mot pesticides dans la zone de recherche pour visualiser tous les articles, toutes les actions …

Aujourd’hui, nous avons choisi de vous faire écouter une petite histoire de 2:12 ,  presque un conte comme ceux que l’on raconte aux enfants avant de s’endormir

c’est ici :

Merci à Charline pour ce conte empreint d’actualité et à Delphine pour tes belles images.

Vol de ruches en milieu associatif …

Un adhérent vient de nous faire  passer un article du journal Le Bien Public sur un nouveau vol de ruches.

Parfois, certains n’hésitent pas à louer un camion et venir piller les ruchers de professionnels ou, amateurs très équipés car une belle ruche peuplée peut représenter 300 € .

Ici ce n’est pas le cas, il s’agit du rucher école bien tranquillement installé dans la Maison du Parc de Saint Brisson.

Lorsque l’on est, comme nous, attachés au partage et aux valeurs loi de 1901, c’est  dramatique de se faire subtiliser son matériel, ses abeilles, etc

Un vrai désastre pour tous ces bénévoles qui ont offert tant d’heures pour une noble cause, leurs projets sont brutalement arrêtés par un ou plusieurs individus qui ont d’un coup eu envie de s’accaparer le bien de la communauté . Quelle honte !

Nous espérons que les auteurs seront identifiés et poursuivis.

dès que nous aurons des informations, que ce soit sur cette affaire ou sur d’autres, nous ne manquerons pas de publier ici les décisions de justice.

Nous souhaitons Bon courage aux amis du rucher de St Brisson pour tout recommencer et, poursuivre cette belle activité.

Une bonne nouvelle en ce 8 Novembre 2019

Après un mois d’octobre très clément, voici le retour de la pluie, du vent.
Les jours sont de plus en plus courts et le froid ne va pas tarder à s’installer durablement.
La nature amorce son lent repos,  il ne faut plus déranger les abeilles qui se sont mises en grappe et commencent  à consommer les provisions d’hiver.

En ce 8 novembre, personne ne s’attendait à ce qu’un juge publie deux décisions qui nous font  grand plaisir !

….. Il ne saurait être sérieusement contesté que les produits phytopharmaceutiques visés par l’arrêté en litige, qui font l’objet d’interdictions partielles mentionnées à l’article L. 253-7 du code rural et de la pêche maritime précité, constituent un danger grave pour les populations exposées….

Le juge a estimé qu’en regard de la situation locale, c’est à bon droit que deux maires ont considéré que les habitants de leurs communes étaient exposés à un danger grave, justifiant qu’ils interdisent l’utilisation des produits en cause.

> Lire l’ordonnance n° 1912597

> Lire l’ordonnance n° 1912600

En tant qu’adhérents de l’association SAGE, engagée dans la sauvegarde des abeilles et, partenaires de communes telles que Marsannay la Côte, zéro phyto depuis 2011, cela nous fait plaisir de partager cette information avec vous.

Félicitons d’ailleurs le geste de ce juge de Cergy-Pontoise,
une bonne nouvelle pour les futures communes allant faire la démarche d’interdire les pesticides.

Apidays 2019 !

Dimanche 16 juin : le rendez vous attendu .

il faut dire que les équipes du jardin des Sciences ont sorti le GRAND JEU

25 tentes avec autant de stands consacrés aux abeilles, aux pollinisateurs et  à la nature !

Notre association était fièrement représentée par :  Brigitte, Christine, Isabelle, Michèle, Natacha, Nathalie, Pauline, Sabrina, Christophe, David, Francis, Jean-Phi, Maurice, Olivier, Philippe(x2) Pierre, Régis, Roland, Sylvain…….

voici quelques photos de cette belle journée

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Liens vers Info Dijon et Le Bien Public :

http://www.infos-dijon.com/news/dijon/dijon/dijon-le-jardin-des-sciences-fete-les-abeilles.html

https://www.bienpublic.com/edition-dijon-ville/2019/06/16/apidays-a-dijon-plus-de-3-000-personnes-ont-celebre-la-fete-des-abeilles (fréquentation avant 17h)

D’ici quelques jours , nous placerons aussi 3 séquences vidéos !

Voici la première :

Les abeilles maçonnes sont de retour !

ça y est , depuis quelques jours les abeilles maçonnes (Osmies) ont commencé à naître.
En tant que citadins, nous avons le plaisir de les observer dans les hôtels à insectes installés sur nos balcons et terrasses.

Ce sont les mâles qui sortent en premier, on les reconnait à leur “nez” tout blanc, ils ne piquent pas !

voici une naissance filmée en accéléré ce 10 mars.

Hop’  le nouveau né est maintenant sur le carrelage de la terrasse, il ne fait pas bien chaud !

 

l’insecte reprend un peu de forces avant de s’envoler définitivement :

Ces insectes sont très utiles dans la nature, ils ne vivent que cinq à six semaines.

Faites comme nous, protégez les en installant ou, en construisant des hôtels à insectes.
pour les osmies c’est simple : du bois non traité , des trous de 5 à 8 mm , placer cela à l’abri de la pluie c’est fini.

Ici, une vidéo tournée l’an dernier lors de la ponte des adultes ( 1 h 11 de ballet incessant !)

Comme la biodiversité est très importante pour nous,  SAGE offre à chaque adhérent  un petit hôtel à insectes à installer très vite….
nous allons les distribuer lors des prochaines séances d’initiation et autres rendez vous auprès des abeilles.

voici la première livraison prête à partir pour notre session de mercredi