Visite de Printemps en ZOOM !

INTERDIT de se réunir à plus de 6 !
Comment faire pour partager la visite de printemps avec nos adhérents ??, il y a la solution de réaliser plein de visites, ce serait trop déranger les abeilles et ça va durer jusqu’à l’été !

Avec Maurice, nous avons eu une idée :  Partager cela en ZOOM avec celles et ceux qui le souhaitent.
Après quelques réglages des différents PC et du point d’accès, ce fut une réussite sans faille.

Delphine, qui d’habitude fait de belles photos s’est prise au jeu a a manipulé la caméra au plus près des abeilles.

C’est une Innovation chez SAGE et on va continuer sur cette lancée ..

Voici ce que nos adhérent-e-s pouvaient voir à la maison , sur leur PC, toutes ces images sont des captures d’écran.

pas mal la TEAM  “Maurice & Co” !

Un Lundi de Pâques en Direct sur France Bleu Bourgogne

Caroline Paul, Sympathique animatrice de France Bleu Bourgogne  a choisi ce lundi de Pâques pour venir à notre rencontre.

Impossible d’être nombreux alors Malika , Maurice et Philippe ont répondu à ses questions.
Nous en avons profité pour faire quelques photos autour des ruches en pleine forme !

Retrouvez toutes nos interview en 1 clic car tout est déjà sur le site de France Bleu !

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre association n’hésitez pas à laisser un message ou même nous appeler directement au 06 09 45 60 00

Pour nous joindre par mail ou même directement adhérer, c’est ici  : https://sagedijon.fr/contact/

Que vous soyez un connaisseur d’abeilles confirmé ou, un citadin totalement novice, Nous vous attendons …
Venez vite car les prochains beaux jours vont être enrichissants.

Les visites de Printemps

C’est l’occasion rêvée pour commencer auprès des abeilles et approfondir les connaissances de nos nouveaux adhérents.

Mis à part la ‘reine’, il n’y a plus aucune abeille née en 2020 dans les ruches, la ponte s’intensifie.
Avec toutes ces jeunes abeilles,  dès le retour des beaux jours ce sera la ‘folie de la construction”,  tous les espaces disponibles seront remplis avec une rapidité incroyable.

En prévision de cette période, chaque pilote de rucher va tout inspecter dans la ruche, nettoyer, mettre au rebut les cadres trop vieux,  regarder l’emplacement et l’uniformité du couvain, supprimer des rayons de miel en trop s’il y en a afin de laisser de la place aux naissance etc …

Évidemment , dans notre association , cela se fait ENSEMBLE.

Voici Jean-Loup, Mathieu, Najib… guidés par Xavier qui font les choses très sérieusement .
Mise à jour du cahier de rucher, explications aux nouveaux ….

 

Ici, dans un rucher voisin et ami,  c’est Christine et JP qui expliquent et notent tout ce qui s’est fait.

Bonnes nouvelles : l‘ensemble des ruches  visitées en ce  samedi de PAQUES sont en pleine forme !
c’est un sans faute total.

Bravo les amis

d’ici quelques jours nous irons faire pareil sur d’autres emplacements dont celui qui recevra France Bleu Bourgogne  ce week-end mais, comme on dit, c’est une autre histoire…

 

Amis lecteurs : venez partager notre passion des abeilles… Cliquez ici.

INFO spéciale Frelon Asiatique !

Le Frelon Asiatique En Bourgogne !

Le Frelon Asiatique est maintenant dans notre belle région, c’est pas une bonne nouvelle  !

Le sujet était à l’ordre du jour de l’assemblée Générale du GDSA21 que nous remercions d’ailleurs pour la clarté des sujets exposés.
Ce frelon est effectivement un nouveau prédateur de nos abeilles, il fait plein d’autres dégâts dans notre biodiversité déjà menacée.

Avant toute chose, il est important de bien savoir reconnaitre cet envahisseur, voici deux photos prises en Novembre 2020 à Dijon:
la première image vous permet d’apprécier la taille de cet insecte par rapport à nos abeilles locales.
Le frelon asiatique se reconnait bien à son corps noir lisse, la bague orange sur l’abdomen et  les extrémités des pattes jaune clair
cliquez sur les photos pour les agrandir

 


Ici : une guêpe commune,  un frelon européen et, un bombus ( les tailles ne sont pas respectées)
La guêpe se reconnait bien à son corps jaune , noir et surtout à sa “taille de guêpe”.
Le frelon européen est bien sûr beaucoup plus gros.

En troisième image nous avons placé un “bombus terrestris”, utile et bien inoffensif, lui aussi à une bande orange, il ne peut pas être confondu avec le frelon asiatique car très poilu et, vraiment caractéristique par le bruit de son vol .
cliquez sur les photos pour les agrandir

 

Maintenant que vous savez bien les reconnaitre :

Que faire si vous découvrez un frelon asiatique ? 

S’il s’agit d’un ou deux individus en vol ou posés, vous ne risquez rien.Le frelon n’attaque que pour défendre sa colonie.
Contactez nous ou contactez le GDSA au n° suivant : 06 46 65 13 46 afin que l’on complète la cartographie de cette présence en Côte d’Or.

Que faire si vous découvrez un NID de frelon asiatique ?

tout dépend de la taille du nid et, de l’époque à laquelle vous faites cette découverte  :

  • Au début du printemps, les reines fécondées l’an dernier qui ont réussi à passer l’hiver sans geler après s’être enterrées sortent et commencent à créer un tout petit nid primaire.
  • ce nid va rapidement comporter plusieurs dizaines d’individus
  • Aux beaux jours, il grossira et sera la source de plusieurs ENORMES nids définitifs souvent placés en haut des arbres .
  • à la fin de l’automne, toutes les femelles fécondées sont parties s’enterrer, il ne reste dans le nid que quelques femelles vierges qui finiront par mourir de froid ou, par manque de nourriture.S’il semble effectivement facile de détruire un tout petit nid primaire, ne prenez jamais le risque de vous aventurer à moins de 20 mètres d’un gros nid actif.
    Appelez immédiatement GDSA car les frelons on un sens aigu du danger et pourraient vous demander très violemment de quitter les lieux !

Comment détruire un nid de frelon asiatique  :

La première idée qui nous vient est de se protéger avec une combinaison d’apiculteur et d’asperger le nid de produit chimique.
c’est exactement ce qu’il ne faut pas faire pour au moins 2 raisons,

  • la première est indiquée plus haut, vous risquez de ne pas avoir le temps de bien terminer votre opération et, vous retrouver avec tout  le nid venu vous expliquer à sa manière que “ça ne se fait pas”. Les dards des frelons étant plus longs que  ceux des abeilles il ne faut pas tenter l’expérience.
  • la seconde est que, si par le plus grand des hasards, votre action cascadeur fonctionne, il va y avoir plein d’insectes imbibés de chimie toxique qui iront mourir aux alentours,  ça va faire d’excellentes proies faciles à attraper pour les oiseaux qui vont se dépêcher de rapporter ce festin pour leurs jeunes oisillons. Nous vous laissons imaginer la suite !

La seule chose à faire est : un appel au Groupement de Défense Sanitaire Apicole (GDSA) qui maitrise parfaitement les techniques en fonction de la saison de la taille du nid et sa localisation.

Faut il piéger le frelon asiatique avec une bouteille plastique et de la bière ou autre produit sucré  ? 

C’est OUI et NON à la fois.
Si vous êtes un apiculteur amateur ET avez  déjà vu des frelons dans votre rucher, nous vous expliquerons les meilleures méthodes Contactez nous

Si vous êtes apiculteur amateur et n’avez pas encore vu de frelon, nous vous déconseillons d’installer des pièges de manière préventive, cela pourrait attirer des femelles fécondées dont quelques unes ayant échappé au piège, trouveraient l’endroit bien sympa pour créer un nid tout près de votre rucher.

Si vous êtes un particulier, nous vous le déconseillons fortement car, la majorité des pièges décrits sur Internet ne sont pas assez sélectifs et, vous allez vous transformer en tueur de notre biodiversité déjà très mal en point !

Comment faire pour limiter la prolifération de cet envahisseur ? 

C’est la vraie question et c’est devenu très difficile.
il semble que l’on soit contraints de vivre avec cela tant que cet insecte n’aura pas de prédateur et, que nos abeilles ne sauront pas se défendre !
nous pouvons tout de même les aider :

  • en observant bien tout ce qui est autour de nous ( sous toitures, abris de jardin, maçonnerie, abris naturels à la recherche de nids primaires.)  c’est MAINTENANT !!
  • en levant le nez lorsque nous nous promenons afin d’essayer de détecter les nids dans les hauts branchages, pas facile car ils sont bien cachés par les feuilles.
  • en reconnaissant du premier coup le frelon asiatique des autres insectes en vol et en appelant le GDSA afin de cibler nos  recherches …

Si vous souhaitez plus d’informations, découvrir les étapes de construction d’un nid primaire, découvrir les très intéressantes études faites par FREDON Bourgogne Franche Comté, par nos amis bretons , les fiches du muséum etc …. c’est ici : https://www.gdsa21.fr/

Ici, une vidéo très instructive réalisée le 5 mars 2020 ( on est tous en train de parler de le même chose )

 

Si vous souhaitez, vous aussi découvrir, comprendre, vous émerveiller auprès des abeilles et rejoindre notre sympathique association .. : Cliquez ici…

La perte de biodiversité : une aubaine pour les nouveaux virus !

ça fait peur et ce n’est pas une question . C’est  bien réel :

Parmi les causes de nouvelles maladies : la perte de biodiversité.

Si elle trouve, comme toutes les pandémies, son origine dans des microbes portés par des animaux, la Covid-19 doit son émergence à l’intensification des activités humaines. Les changements dans la manière dont nous utilisons les terres, l’expansion et l’intensification de l’agriculture, ainsi que le commerce, la production et la consommation non durables augmentent les contacts entre la faune sauvage, le bétail, les agents pathogènes et les êtres humains. C’est un chemin qui conduit droit aux pandémies

Ce sujet d’actualité est celui de “Secrets d’info“, l’émission de France inter en date du 27 février 2021

Extrait :

pour en savoir plus : Après la Covid-19, d’autres virus d’origine animale en embuscade ? Une enquête d’Anne Brunel, de la cellule investigation de Radio France

20 février : Premières sorties pour nos abeilles,

Samedi 20 février 2021, nous avons profité du beau temps pour observer le ballet de nos abeilles.

Toutes les ruches de nos adhérents sont en pleine forme.

En 1 jour, les abeilles ont même réussi à aller chercher du pollen

les voir ainsi est vraiment engageant pour la suite car c’est le signe que la ponte de la reine à déjà repris
on est tous très contents de partager cela avec vous …

Amis lecteurs : venez partager notre passion des abeilles… Cliquez ici.

 

 

Premières fleurs de 2021

Après le passage du nuage Saharien qui a coloré notre ciel – et les voitures – voici les premières fleurs.
Photo prise ce 7 février dans le jardin d’un adhérent. 

Une seule fleur ne fait pas le printemps cependant nous pouvons être sûrs que la Nature est prête à repartir,  juste après la période de froid que nous annonce la météo.

Il en va de même pour nos abeilles qui sortaient un peu cet après midi, histoire de faire un vol de propreté.

Et vous, Amateurs de Nature et d’Apiculture ?
Etes vous prêt-e-s ? Etes vous inscrit-e-s à nos séances d’initiation ? 

il n’est pas encore trop tard alors vite clic par ici     car on repart sur les séances bien sympa des années précédentes et aussi de NOUVELLES séances en partenariat avec une grosse structure Dijonnaise

à bientôt les ami-e-s

Un Hivernage qui se passe bien !

Un de nos adhérents expérimente une méthode d’hivernage “spéciale” et, pour la seconde année consécutive cela semble très bien fonctionner !

Ce 31 janvier la fine pluie s’arrête. Voici les abeilles toujours bien en forme.

Dijon: 31 janvier 2021 17h01

Les plus fidèles vont tout de suite savoir de quel adhérent il s’agit car ils connaissent bien celui qui peint ses ruches  à la farine et à l’ocre naturel !

Normalement, si on a pris soin de laisser assez de réserves dans les ruches,  les abeilles n’ont absolument pas besoin de l’homme et savent très bien passer l’hiver même s’il est rigoureux .

Certains apiculteurs pensent que notre  changement climatique rapide affecte les colonies car les périodes de redoux peuvent déclencher par anticipation la ponte de la reine. 
De plus, les abeilles sortent trop, s’épuisent, se refroidissent, et meurent en grand nombre. 

Nous savons tous que l’hiver est la saison la plus difficile à passer pour les abeilles car il n’y a rien à récolter dehors, chaque variation de température, chaque sortie représente un risque.

Dans certains pays froids et en montagne, nos ainés transportaient les ruches dans des granges ou dans des caves et, avaient mis en place des astuces afin que ces animaux vivants puissent boire etc…

Dijon n’a pas un climat de montagne et, en tant que citadins, nous n’avons pas de grange pour faire comme nos grands pères.

L’ expérience menée par notre adhérent est beaucoup plus sobre, cependant commence à donner de bons résultats.

On ne crie pas victoire tout de suite, Nous avions juste envie de partager avec vous la belle forme de nos abeilles en ce 31 janvier 2021…..

à bientôt ….

Amis lecteurs : venez partager notre passion des abeilles… Cliquez ici.

 

Au revoir 2020 et tous ses tracas….

Tout comme vous , on l’espère FORT
Alors, à bientôt dans notre association civile et amicale qui n’aurait jamais du changer de cap pendant presque un an…